La CIDE

Le 20 novembre 1989, l’Organisation des Nations Unies adopte la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), appelée aussi « Convention de New York ». En acceptant de signer ce texte, cent quatre-vingt-douze pays déclarent que les enfants ont des droits et que ceux-ci doivent être reconnus et protégés. Ils s’engagent ainsi à mettre leur législation nationale en conformité avec les dispositions de la CIDE. À ce jour, seuls les États-Unis et la Somalie ne l’ont pas ratifiée.

Longtemps les droits de l’enfant ont dérivé d’une application partielle des droits affirmés pour les adultes. Avec la CIDE, une véritable reconnaissance de droits spécifiques aux enfants est consacrée à l’échelle internationale.

Au travers de ses cinquante-quatre articles, la Convention affirment l’accès des enfants aux prestations en matière de santé, d’éducation, d’état civil, de loisirs, de culture… Elle affirme également leur participation aux décisions les concernant. Elle contraint les États parties à protéger individuellement ou collectivement les enfants lorsque leur développement, leur avenir et parfois leur vie sont en danger.

En 2000, l’ONU a adopté deux protocoles facultatifs à la CIDE concernant premièrement l’implication d’enfants dans les conflits armés, et deuxièmement la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Les pays signataires de la Convention n’ont pas tous encore adhérer à ces protocoles.